#Paris, capitale des #StartUp ?

A Paris, on croit aux StartUp (pas seulement avec l’argent des autres, il y a même de vrais investisseurs, et Xavier Niel met de l’argent de sa poche dans Station F) … surtout depuis la disruption réussie par la StartUp #EnMarche sur la campagne électorale pour l’Elysée.

De toute façon, on n’a pas trop le choix, ce n’est pas le fantasme d’une arrivée en masse de mastodontes de la finance fuyant Londres à cause du Brexit, qui relève de la méthode Coué et d’une analyse en overdose de Prozac ou pire des avantages comparatifs des métropoles européennes, moins encore l’enthousiasme Coué généralisé sur le regain de confiance, les statistiques du stagiaire INSEE sur le rebond de la croissance, ou la perspective d’un sursaut de compétitivité par la grâce d’une nouvelle « Loi Travail », qui vont motiver les jeunes têtes bien faites à rester à Paris.

RF – 1er juin 2017

Sheryl Sandberg (en escale) à Paris

hqdefault

La numéro 2 de Facebook a dîné à Paris, et passé une tête sur le chantier de la future Station F (inauguration prévue en avril, ça devait tomber juste bien pour doper la campagne électorale du remplaçant de DSK, ça le fera pour celui de Hollande), entre Berlin et Davos.

Plus de tourisme diplomatique que de business : un petit tour de geek à StationF pour faire plaisir à Xavier Niel, un petit speech féministe pour faire sourire Anne Hidalgo, et un petit accord avec ScPo pour jouer les bons élèves du #CivicTech … pas grand chose à en dire/lire.

L’Usine Nouvelle était à Berlin : http://www.usine-digitale.fr/editorial/formation-numerique-pour-refugies-chasse-aux-intox-l-offensive-de-charme-de-facebook-a-berlin.N489294

Libé, un peu agacé par la conférence de presse sommaire à Paris, grince un peu, mais avec lucidité : http://www.liberation.fr/futurs/2017/01/17/sheryl-sandberg-ambassadrice-du-like-en-attendant-mieux_1542127

BFM, surexcité as usual : http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/facebook-choisit-la-station-f-de-xavier-niel-l-interview-exclusive-de-sheryl-sandberg-1701-904277.html

Le Parisien, avec le calme des vieilles troupes : http://www.leparisien.fr/high-tech/facebook-investit-dans-le-plus-grand-campus-de-start-ups-du-monde-a-paris-17-01-2017-6579507.php

Bref, ràs.

RF – 18 janvier 2017

Vous aimez Blockchain et autres Bitcoin ? Vous adorerez Votchain …

giphy-3

Ça fait longtemps que je laisse les geeks et hipsters du frenchtechocosme somnoler cool entre baby-foot avec Axelle en campagne au 104, selfies en promenades gratis (c’est l’état qui paye) à Vegas, et TedX youtubés du gugusse de BPIFrance en direct de StationF avec crowdfunding à volonté …

i-love-geeks

Wake-up, geekpsters, #Votchain est arrivé !!!

8481155-13328123

Vous avez à peine 4 mois pour prendre votre ticket ou laisser le bus Macron passer.

openinnno

La Startup politique lancée par (les sponsors et mentors de) Macron, c’est comme blockchain : c’est la promesse qui excite les investisseurs, early adopters, et médias qui se pressent façon sardines aux meetings du politicien fonctionnaire (on dit qu’il aurait démissionné de l’inspection des finances pour lancer sa startup en family mais en dehors des contraintes des marchés publics, n’empêche qu’à part un stage chez Rothschild et une session de mentorat à l’Elysée avec le plus vieil achécénarque dans le plus haut grade de la fonction publique n’ayant jamais cherché nia trouvé de vrai boulot, il ne connait de la société civile et du monde réel que son tailleur et quelques vieux gamins crédules qui lui répètent tellement à longueur de journée qu’il est le Messie, qu’il finit par le croire) le plus hype du moment (faut dire que Poutou a autant de mal à trouver ses signatures que Niel des candidats pour StationF, que la famille le Pen est aux gabonais absents en attendant le second tour comme un business angel ferme son compte en banque jusqu’à l’arrivée de BPIFrance, et que l’incubateur à candidat du PS n’attire même plus les stagiaires twittos de Libé ou BFM).*

5550614143_65a90e9d87_b

Le plus exemplaire dans le « modèle » révolutionnaire, c’est qu’il n’y aura même pas besoin de pivot, ni même de témoignages de user expérience en video TedX sur Youtube ou autres réclames pour téléspectélecteurs pour faire exploser la valo de ce Ponzi 3.0 : juste de la cohérence, de la persévérance dans la com’, et de bons logiciels de pêche aux pigeons (NationBuilder, c’est bien, mais faut aussi les trucs plus pointus aux algos revus et corrigés par des zingés parlant français pour pas faire perdre leur temps aux militants avec des dealers en réunion d’appartement ou autre gang-bang, les couples illégitimes ou autres groupes d’humains partouzant aux heures de bureau pour les derniers titulaires de sources de revenus liées au travail ou au moins à une présence, et autres citoyens exemplaires abonnés à internet, au loto sportif, et à la télé mais pas inscrits sur listes électorales au 31 décembre) …

La différence entre l’uberisation de la politique par #EnMarche et celle des taxis par Uber ? En général, quand on prend un taxi, ou n’importe quel moyen de locomotion, on sait où l’on veut aller, et on craint de se faire rouler par le chauffeur … tandis qu’avec #Votchain de Macron, personne ne sait où ça va, et tout le monde est ravi de se faire rouler dans la farine.

Renaud Favier – 17 janvier 2017

*: si tu ronchonnes comme un vieux fan du Larousse pour tous parce que ça te fatigue de suivre une phrase de même pas 15 lignes écrites en un peu disruptif avec deux parenthèses et le minimum syndical de virgules sur un sujet moins simplet qu’un talk du joueur du grenier, va pitcher pour des piges chez Maddyness, un fil Twitter de l’Obs, ou le courrier des électeurs du Monde, plutôt que de faire semblant de savoir lire ou écrire un business plan génération iPhone et Moleskine SMS (Smart Writing Set, pas post e-mail d’avant Snapchat), pas Be-Bop ou Minitel rose …

Un #CES2017 un peu en demi-teinte malgré le usual paquet de VIP et fans du Tech ?

Petit coup de mou, à Vegas, cette année, avec un mauvais buzz sur les objets connectés, un silence assourdissant sur la bulle, quelques éléments de langage convenus de geeks en goguette et autres agences de tourisme pour startup, et pas « LE »‘ truc tech nouveau et rigolo.

tech
Crédit : JoyofTech / Nitrozac / Snaggy

The Joy of Tech, c’est plus ce que c’était.

Compléments, en(tre) français pour les passionnés :

Un blabla convenu des Echos, retwitté par Nicolas Dufourq, le médiatique, politique, voire un brin apparatchik sur siège éjectable, patron de BPIFrance dont les stagiaires ne trouvaient apparemment rien de plus passionnant à répéter dans les allées de la Geek-Pride http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/ces-2017-15-start-up-francaises-de-l-iot-enchantent-las-vegas-304125.php?xtor=EPR-130

Les comptes d’apothicaire de Maddyness, qui semble un peu gêné aux entournures de constater que Fillon a fait bien plus de buzz que les geeks en short venus chercher des acheteurs pour leur startup en incubateur et autres apparatchiks du numéricosme parisien venus distribuer des CV  https://www.maddyness.com/entrepreneurs/2017/01/10/ces2017-francois-fillon-detrone-axelle-lemaire-twitter/?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap

Les selfies de la #FrenchTech http://www.lafrenchtech.com/actualite/retour-sur-le-ces-2017-la-french-tech-en-force

Franchement, les organisateurs du truc devraient faire comme ceux de Planète PME ou de l’Université d’été du PS quand personne n’a rien à (dé)montrer ou à dire, que les sponsors s’essoufflent, et que le public est passé à autre chose : organiser un mini raout dans un placard, ou carrément annuler.

Renaud Favier – 11 janvier 2017

 

Si j’étais le communicant de la danseuse de Niel, j’éviterais au moins d’afficher le #1eravril pour l’ouverture de #StationF

station-f-niel-paris-bfmtv-6-decembre-2012

Le projet de plus grand incubateur à #StartUp du monde, monté sur une friche industrielle parisienne (Halle Freyssinet, derrière la Bibliothèque François Mitterrand) sous les hourras de tout le FrenchTechocosme subventionné et des geeks abonnés aux cocktail à Bercy et à la mairie de Paris, devait être un des triomphes du quinquennat Hollande, un des moteurs de la réélection les doigts dans le nez du champion du monde des hommes d’état et des supporters des championnats de football et autres sports professionnels français, du leader maxi-mots de l’écologisme global sauce COP21, du vainqueur des bourreaux de Tombouctou, libérateur du marché de Brazzaville, et amiral invincible du Charles de Gaulle menaçant Damas entre deux grandes révisions, bref Astérix défiant la Silicon Valley !

stationfw-5

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/station-f-le-plus-grand-incubateur-de-startups-au-monde-0612-892205.html

Las, trois fois hélas, le truc mouline et communique dans le vide pendant que les startuppers émigrent dés que leur boite marche un tant soit peu, que les #geonpis et autres émigrés du Tech à Londres ou en Californie ne répondent même plus aux invitations aux tristes raouts du 104 ou de BPIFrance, et que la wunderkind pêchée chez Microsoft pour galvaniser les hipsters de toute l’Europe peine à draguer quelques consultants en suçage de subventions et moniteurs de babyfoot pour remplir quelques bureaux de son village Potemkine à geeks, n-ième du genre à Paris et alentours, au demeurant, chaque maire d’arrondissement, Iznogoud de machin parapublic ou dirigeant sur la touche de grosse boite pleine de fonctionnaires dépressifs ayant voulu singer les nouveaux riches du startupocosme et surfer sur les vagues du mentorat pour les nuls, de l’entreprenariat pour tous, et du jeunisme à la va-comme-je-te-pousse en bande organisée avec sponsors, partenaires et admirateurs à la pelle …

stationf

Et maintenant, un(e) stagiaire communicant(e) n’a rien trouvé de plus hilarisch nicht que d’annoncer une inauguration le 1er avril, cf la (très décevante, mais what else ?) « landing page » du « machin »…

https://stationf.co/fr/

Triste psccchhhiiiittt d’encore un truc qui semblait avoir toutes les bonnes fées autour de son berceau, partir avec toutes les chances et assez d’argent, et surfer une vague pas trop en soin palliatifs (honni qui « quelque chose de Juppé » y mépense) , ça nous changeait des bonnes idées des usual suspects de la déconomie mixte à la parisienne, sauce Tech.

capture194

En même temps, le taux d’échec est de 99% pour les startups, c’est peut-être « normal » qu’un übermachin à startups se plante de temps à autres, et puis ça pourra toujours être transformé en campus pour de la formation permanente, quand ça aura été réformé, ou en super école42 géante, en jumelage avec celle que Niel est en train de monter … dans la Silicon Valley, parce qu’il n’est pas non plus seulement que militant.

Renaud Favier – 17 décembre 2017

Allez, les jeunes, on pivote sa #StartUp avant que tout foire, quand ça déraille côté UX …

Le business d’une startup, c’est comme un business normal, genre petite entreprise politique ou CAC40 à la Alstom en train de rétrécir tellement vite que ça sera une auto-entreprise avant que Renault n’ait vendu sa première nouvelle Alpine, faut tenir compte du client, si on n’a pas un monopole garanti, des fans inconditionnels chez BPIFrance, ou un crowdfunding familial à vie.

14681576_1731045960489588_1015706288348763172_n

Sinon, on peut aussi foncer dans le mur, sauter dans le vide, ou pomper la tréso avant de s’exiler voir ailleurs si les pigeons sont aussi gras, mais c’est plus difficile de trouver des subventions qu’en pivotant juste assez sur soi-même pour aller au même endroit par un chemin un poil différent (tous les chemins mènent-ils à Station F ?), quitte à changer d’incubateur.

Renaud Favier – 27 octobre 2016

Wake-Up, les #StartUp, il n’y a pas que les hackathon de week-end en short #HelloTomorrow

Il y a quelques mondanités rituelles du stratupocosme parisien moins ethnocentriques que les rendez-vous officiels de fonctionnaires en recherche de pantoufle (soit dit en passant, Montebourg n’a pas l’air d’être à 100% dans le business ; la startup de Macron est d’un genre assez particulier qui nécessite d’aller taper beaucoup de drôle d’Angels ; quant-à la petite entreprise d’entremise de Fleur Pellerin, ça n’a pas l’air d’être très différent de ce que font tous les ministres vendant leur carnet d’adresse en attendant une nomination dans un bon placard doré. Reste à voir comment se reconvertira Axelle Lemaire en 2017 si elle n’arrive pas à se faire réélire députée des exilés à Londres) et autres notables manquant autant de bon sens que d’humour du FrenchTech, pas juste destinées à faciliter le rapt de techno ou de business-plan comme certains concours pas tibulaires mais presque, un peu plus tournées vers le monde réel que destinées à juste s’entre-féliciter entre über-geeks et #geonpis plus ou moins exilés en saison électorale, qu’il serait dommage de manquer si l’on est un peu dispo parce qu’on n’a pas encore vraiment lancé son business, qu’on est assez efficacement organisé pour pouvoir déléguer pendant qu’on fait un brin de RP, de pitching, et de selfie avec ministres provisoires ou ex-ministres en CDD, souriantes vedettes éphémères, et/ou incontournables gourous éternels, ou qu’on est déjà en « pivot » (lire en train de se demander s’il vaut mieux liquider la boite ou changer de business-modèle, avant d’aller rechercher les VC’s *).

Hello Tomorrow (à Paris mi-octobre), entre autres. Inscriptions : http://summit.hello-tomorrow.org

Renaud Favier – 29 septembre 2016

* note to myself : penser à gratter un billet de blog intitulé « Où sont les VC ? »